Menace sur le LEP

Conférence de presse du mardi 23 février 2010

A la prochaine rentrée, en septembre 2010, nos élèves de Terminale BEP menuiserie ne pourront pas poursuivre leur Bac Pro dans leur établissement car l'Éducation Nationale va fermer leur division sans nous donner les moyens de les accueillir l'année suivante. Pourtant la classe est remplie à 100% et la quasi totalité des élèves souhaitent poursuivre ses études à Murat. Alors pourquoi cette fermeture? C'est la énième suppression inexpliquée que subit notre établissement en quelques années et celle-ci semble être le coup de grâce. Car le lycée est à l'abandon complet depuis la rentrée 2009: plus d'UNSS, plus d'infirmier malgré la dangerosité de la formation. Nous posons la question: le lycée Joseph Constant va-t-il fermer?

Pourquoi la question de la fermeture se pose-t-elle?

La Région vient de l'annoncer clairement: elle n'investira plus dans le lycée si celui-ci n'est pas en mesure de convaincre le Rectorat d'ouvrir de nouvelles filières. Mais l'État, qui gère l'ouverture et surtout la fermeture de ces filières, cherche par tous les moyens à supprimer des postes partout. Facteur aggravant pour nous, la Région a ouvert en 2009 à Riom, Puy de Dôme, un lycée qui propose également une filière bois. Le lycée de Murat, mis à l'écart depuis la décision de construire ce nouvel établissement, est depuis lors vécu comme un dossier lourd et encombrant par la Région comme par l'État. Le coût de l'établissement pour la collectivité est devenu trop important en regard du nombre d'élèves accueillis car, faute de moyens et de volonté politique, le lycée périclite lentement malgré les nombreuses propositions faites par les personnels pour ouvrir d'autres filières porteuses. Aucune proposition n'a jamais été soutenue par la Région, aucun projet retenu par le Rectorat.

Pourquoi nous refusons d'envisager la fermeture de l'établissement?

Jusqu’à maintenant, l’établissement était en mesure de dispenser une formation de qualité reconnue dans toute la région et même au delà. Les élèves s’y sentent bien, le taux de réussite est excellent. Le plateau technique est fourni et en très bon état. L'équipe des personnels est soudée et fait preuve chaque jour de beaucoup de dévouement pour permettre aux élèves de réussir leur projet professionnel. Toutes ces raisons expliquent sans doute pourquoi le peu de classes qu'on a bien voulu nous laisser font le plein.

Le lycée représente 44 emplois locaux, 33 familles installées à Murat ou à proximité, avec une vingtaine d'enfants scolarisés sur place. C'est aussi plus de cents élèves internes qui vivent sur la commune toute la semaine environ 9 mois par an. Que va devenir Murat si tous ces gens partent?

Le lycée est une offre de formation de proximité sur un département qui compte de nombreux artisans et constructeurs bois. La filière bois y est en cours de restructuration et va permettre d'autres débouchés professionnels à court terme. Où iront se former nos élèves et nos enfants après la fermeture? Certains élèves annoncent déjà leur intention d'aller se former en région toulousaine plus accessible et donc moins coûteuse. Combien d'entre eux reviendront au pays après leurs études? Est-ce la meilleure façon de lutter contre l'exode rural des jeunes?

(Exemple de Cédric)

Ce lycée est quoiqu'on en dise un bel outil de formation. Il est un élément essentiel de notre dynamique territoriale et de la vie locale. Mais il est démantelé peu à peu, tandis que l'Éducation Nationale et la Région se renvoient la responsabilité de la situation depuis des années.

Nous entrons dans une période électorale cruciale pour l'établissement car nos allons élire nos conseillers régionaux. C'est pourquoi nous interpellons publiquement les candidats et leur demandons d'exprimer leur position et d'agir en conséquence.

Monsieur Marleix, tête de liste UMP pour le Cantal: nous vous avons adressé un courrier il y a deux semaines sollicitant votre aide, mais vous n'avez pas répondu. Pourtant nous vous avons élu pour que vous défendiez notre territoire Dans toutes ses spécificités de ruralité, d'enclavement et de dépopulation rampante. Pourquoi le Rectorat, mandaté par l'État, ferme-t-il nos classes en dépit des besoins locaux en terme de formation professionnelle et de main d'oeuvre? Nous vous demandons d'agir auprès du Rectorat afin que nos élèves menuisiers puissent continuer d'étudier à Murat.

Monsieur Souchon, candidat élu sortant du Parti Socialiste: vous présentez le rôle de la Région comme un bouclier contre le désengagement de l'État et contre l'abandon des territoires ruraux. Vous présentez la jeunesse comme la grande cause régionale. Pourquoi la Région est-elle silencieuse face au démantèlement du lycée? Nous savons que vous pouvez protéger le lycée en tapant du point sur la table et en investissant Dans son avenir.

Nous exigeons des moyens pour notre première bac pro menuiserie en 2 ans.
Nous nous battrons contre l’abandon du lycée et de la population.
Nous réclamons des états généraux pour notre établissement avec les personnels, le Rectorat et la Région pour que cesse la politique du "c'est pas moi c'est l'autre."

Nous appelons les habitants à interpeller leurs élus par tous les moyens et à nous soutenir.

Le vendredi 5 mars, grande mobilisation à 11 heures sur la place du Balat à Murat.
Nous invitons les commerçants à baisser symboliquement le rideau pendant ¼ d’heure.
Nous appelons tous les habitants du pays de Murat, les élus, les représentants de la filière professionnelle du bois et du bâtiment, les représentants associatifs, les parents d'élèves... à venir nous rejoindre en présence des médias locaux et régionaux.

Le samedi 27 mars, tous les personnels et les élèves du lycée seront heureux de vous accueillir de 9 heures à 13 heures pour présenter l’établissement, son équipe, ses formations et ses plateaux techniques

Les personnels du lycée professionnel de Murat
Contact: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 04 71 20 82 55


Plus d'une centaine de personnes se sont mobilisées, hier, pour l'avenir du lycée Joseph-Constant

Soulagés mais vigilants pour la suite

Les personnels du lycée de Murat ont le sentiment d'avoir remporté une bataille. Pour autant, la mobilisation ne faiblit pas.
Y'a du monde, ça fait plaisir ! », confiait une dame, ravie de voir la place du Balat, à Murat, inondée de monde, hier matin. Plus d'une centaine de manifestants se sont rassemblés devant la mairie, pour la sauvegarde du lycée Joseph-Constant. Même s'ils jugent les dernières nouvelles du Rectorat encourageantes, leur mobilisation ne faiblit pas.
Sur la place, les élèves scandent, de temps à autres, quelques slogans, encouragés par les personnels du lycée professionnel, sous l'oeil des parents solidaires.
Des habitants, des élus locaux ceints de l'écharpe tricolore, des candidats, de gauche et de droite, aux élections régionales, des acteurs économiques et de la filière bois... sont venus grossir le cortège. Les inquiétudes de la semaine dernière ont laissé place à un petit vent d'optimisme, quant à l'avenir de l'établissement.

« Débloquée »

Porte-parole des personnels du lycée, Sarah Bienaimé ne cachait pas sa satisfaction, hier : « En deux jours, la situation s'est complètement débloquée. La solidarité du personnel, des parents, des élèves et des élus locaux a été la clé de ces derniers développements ». Il y a d'abord eu « les réunions prometteuses » du personnel avec le Rectorat et la Région, mardi.
Puis, Bernard Villaret, maire de Murat, et Bernard Delcros, président de la Communauté de communes et conseiller général, ont rencontré, jeudi, le recteur. « Il nous a assuré qu'il mettrait les heures nécessaires pour accueillir tous les élèves, notamment ceux de terminale BEP qui le souhaitent, en bac pro menuiserie 3 ans », a confirmé Bernard Delcros.
Le recteur l'a également fait savoir par courrier à Alain Marleix, secrétaire d'Etat à l'Intérieur et aux Collectivités territoriales, qui l'a interrogé sur le sujet.
La représentante du personnel a annoncé qu'une autre de leur revendication devrait être satisfaite : la tenue d'une table ronde, en avril, « afin d'élaborer un projet pour le lycée et le territoire », avec la Région, les membres du lycée, les élus, ceux qui le veulent et, espèrent-ils, le Rectorat. Les personnels comptent rester « vigilants », « pour que les projets, qui ont fusé de toute part, ne soient pas seulement des paroles de campagne mais des actes ».

Réactions d'élus et de candidats

En marge du rassemblement, les élus et candidats aux régionales se sont succédé auprès des médias, pour soutenir le lycée.
Bernard Villaret estime qu’« en plus des formations continues, il faudrait proposer des formations par alternance pour augmenter les effectifs ». Soulignant que « le lycée est un outil structurant pour la ville », le maire de Murat souhaite voir cet établissement devenir « un pôle de compétence de la filière bois ».

« Préserver »

Bernard Delcros a insisté sur trois enjeux autour du lycée : « permettre aux jeunes d'ici de suivre une formation adaptée, dans un établissement à taille humaine ; un enjeu pour la filière bois ; l'aménagement du territoire, car laisser fermer le lycée, c'est accepter le démantèlement du territoire ». Vice-présidente du Conseil régional, Dominique Bru, candidate PS, a confirmé « l'inscription du lycée dans le Plan pluriannuel d'investissements 2008-2013 de la Région ». Elle a aussi évoqué « une réflexion sur l'offre de formation à mener à l'échelle de la Commission territoriale emploi formation ». Et de suggérer une piste de réflexion : « créer une synergie entre ce lycée et le CFA de Massiac ».
Sylvie Lachaize, candidate UMP, a manifesté son soutien au titre « de gestionnaire de l'entreprise artisanale de mon mari ». « Ce lycée est indispensable pour notre territoire ». « Si nos élèves partent ailleurs, on ne les récupérera pas. Et nos entreprises ne trouveront pas de repreneurs ». « Il faut donc préserver, à tout prix, ce qui existe ».

Chemcha Rabhi
La Montagne, samedi 6 mars

 

des abeilles et des hommes Murat
Mercredi 25 juillet
22h00
dans le jardin de la médiathèque
Ciné-Plein air

Gratuit

Contacts et accès

Mairie de Murat
Place de l'Hôtel de Ville - 15300 MURAT

Tél.: 04.71.20.03.80
Fax: 04.71.20.20.63

   

ville fleurie1 Logo charte 3feuilles
0 Phyto cité de caractère  
ville jumelee